La concurrence fiscale entre communes est-elle plus intense en milieu urbain qu’en milieu rural ?

L’objet de cet article est de tester l’hypothèse selon laquelle l’intensité de la concurrence fiscale est plus forte en milieu urbain qu’en milieu rural. Dans ce but, nous construisons un modèle spatial de choix fiscal communal qui tient compte des choix fiscaux des communes concurrentes en matière de taxe professionnelle. Plus particulièrement, nous testons l’hypothèse de l’existence d’interactions fiscales au sein de différents groupements intercommunaux et nous en mesurons la forme et l’intensité à l’aide des techniques d’économétrie spatiale. Nous relions ensuite ces mesures d’intensité aux caractéristiques de l’aire étudiée, en particulier à son statut dans le zonage en aires urbaines et en aires d’emploi de l’espace rural (ZAU-ER). Nous concluons à l’existence d’interactions fiscales entre les communes appartenant à l’espace à dominante urbaine. En revanche, l’hypothèse d’interactions fiscales horizontales n’est pas vérifiée dans les communes appartenant à l’espace à dominante rurale.


Issue Date:
2006
Publication Type:
Journal Article
PURL Identifier:
http://purl.umn.edu/201679
Published in:
Cahiers d'Economie et de Sociologie Rurales (CESR), Volume 78
Page range:
5-30
Series Statement:
78




 Record created 2017-04-01, last modified 2017-08-28

Fulltext:
Download fulltext
PDF

Rate this document:

Rate this document:
1
2
3
 
(Not yet reviewed)